• Accueil >
  • Actualité >
  • Pour une relation privilégiée entre le bouchage liège et les vins bio

Pour une relation privilégiée entre le bouchage liège et les vins bio

Le salon Millésime Bio, qui réunit plus de 800 producteurs de vins biologiques, vient juste de fermer ses portes. C’est le moment pour les Professionnels du Liège d’appeler à statuer sur la question du bouchage pour les vins bio.

Producteurs de vins bio, bouchonniers : même combat ? En tout cas, ce sont des valeurs et une philosophie communes qui nous lient, mus par le même respect de l’environnement et du travail des hommes. Le liège apparaît comme le plus (éco)logiquement adapté aux vins bio : 100% biosourcé, 100% recyclable, il est une ressource naturelle dont l’exploitation est indispensable à la préservation du bassin méditerranéen, à commencer par le Portugal. Le montado, la forêt de chênes-lièges en portugais, est un vivier de biodiversité défendu par WWF qu’il faut préserver à tout prix, pour la pérennité de l’écosystème et des communautés locales. Quoi de plus naturel alors que cette association entre liège et vin bio ? En tout cas, pour 73% des consommateurs, le liège est le mode de bouchage le plus respectueux de l’environnement.

Un accord vin/bouchon légitime

La production biologique du vin se structure peu à peu : après une réglementation européenne en 2007 sur la viticulture, une nouvelle réglementation a vu le jour en 2012 sur toutes les étapes de vinification. C’est dans la suite de cette logique que nous recommandons un bouchage en liège pour les vins bio.

C’est d’ailleurs l’une des revendications portées par le Manifeste des Vin(gt), cette tribune lancée par les Professionnels du Liège à l’attention du monde du vin.

Et ce travail saura porter ses fruits dans le futur, comme le souligne Christophe Sauvaud, Président de la Fédération Française du Liège : « Nous avons engagé des démarches pour que la question du bouchage soit intégrée dans le cahier des charges des vins biologiques et nous avons bon espoir d’être entendus. »

Alors pour rester en cohérence avec ses principes et les attentes de ses consommateurs, faisons bouger la filière du bio !