On ne risque pas de manquer de liège

Parce qu’on ne coupe pas les arbres pour récolter le liège, Parce que les gouvernements portugais et espagnol ont des politiques de plantation de suberaies continues, Parce que des efforts financiers importants sont engagés par les propriétaires forestiers pour améliorer la gestion des suberaies, Parce que la superficie mondiale des forêts de chêne liège a augmentée de 10% en 10 ans. Parce que la production actuelle de liège est en mesure de répondre à la totalité des besoins du marché du bouchage Mais si le liège reste facilement accessible et semble inépuisable, il ne faut pas oublier que 70% de la valeur économique retirée d’une suberaie est liée au liège utilisé en bouchage.