Bilan carbone de la filière liège en France

En Décembre 2008 la Fédération Française des Syndicats du Liège (FFSL) a présenté les résultats de la réalisation de bilans d’émissions de gaz à effet de serre, conduits selon la méthode Bilan Carbone de l’ADEME pour établir un état des lieux précis de l’impact de son activité sur l’environnement et définir des pistes de progrès collectives.

Un bilan très positif qui confirme nettement que le bouchon en liège naturel est la solution de bouchage qui a la plus faible empreinte carbone. Un résultat qui n’a pas empêché la FFSL de définir collectivement un objectif de diminution supplémentaire de 10% de ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2010.

Rappel des principales conclusions:

- Le bilan global de la FFSL est de 8 600 tonnes de CO2 (sans prise en compte de la fin de vie des bouchons) soit l’équivalent des émissions moyennes de 1 000 français (sur la base du bilan français des émissions de gaz à effet de serre selon le protocole de Kyoto, année 2006 - CITEPA : 8,6 tonnes eqCO2/habitant, hors puits de carbone).
- Même si l’impact des activités des adhérents de la FFSL est très faible, un objectif de diminution de 10% de ces émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2010 à périmètre équivalent a été atteint.
- Les principaux postes d’émission sont les transports de bouchons, la fabrication des emballages, la consommation d’énergie et les déplacements de personnes. Une étude complémentaire sur l’optimisation des conditionnements des bouchons pour améliorer les frets amont et aval des bouchons devrait donc être lancée.
- En complétant les données « finition » récoltées au sein de la FFSL avec les données « fabrication » fournies par le Groupe Amorim sur les bouchons en liège naturel (analyse du cycle de vie des bouchons en liège naturel) nous retrouvons des valeurs voisines ou inférieures à 8 g de CO2 par unité en concordance avec les valeurs publiées par ailleurs, ce qui permet de confirmer que le bouchon en liège naturel est la solution de bouchage qui a la plus faible empreinte carbone.
- La génération du matériau liège est le résultat de la photosynthèse et donc ne nécessite pas l’utilisation d’énergie fossile ou thermique ce qui permet de dire que cette matière première est à bilan neutre contrairement aux matières premières des bouchages alternatifs.
- La prise en compte de la « fin de vie » du bouchon montre aussi de nettes différences. Les émissions ou économies/stockage de carbone de déchets éliminés dépendent du mode de gestion des déchets en France, selon qu’ils soient incinérés ou enterrés. Pour les bouchons en liège, on retiendra un stockage de – 735 eq C02 /tonne de liège alors que pour les matières synthétiques on retiendra une émission de + 805 kg eq C / tonne de matière synthétique.


Liens

Télécharger la synthèse du bilan carbone