Pourquoi recycler les bouchons de liège ?

Plutôt que de continuer tout simplement à bruler les bouchons de liège usagés ayant une valeur marchande résiduelle intéressante, les principaux acteurs mondiaux de l’industrie du liège ont décidé de mettre en place un processus pour les recycler et leur donner une nouvelle vie. La motivation environnementale est au centre de la préoccupation des industriels qui veulent ainsi continuer à séquestrer le CO2 fixé par les forêts de chênes lièges et limiter la mise en décharge de déchets non valorisés.

A l’heure actuelle, c’est le Portugal qui est à la pointe du recyclage des bouchons de liège. En janvier 2009 a été inauguré la première usine de recyclage ayant la capacité de traiter jusqu’à 30 millions de bouchons par an. Récoltés auprès des restaurants, hôtels, cafés… les bouchons de liège entament une nouvelle vie en se transformant en isolant, revêtements de sol, semelles de chaussures, dessous de plat…Les bouchons récupérés sont broyés en plusieurs étapes pour obtenir des granulés de différentes tailles. Ces granulés sont incorporés, parfois avec des granulés issus de produits neufs, dans le circuit de fabrication, mélangés à des colles, pour obtenir le produit définitif après différentes étapes: passage en moule, chauffe refroidissement, démoulage, repos de stabilisation puis utilisation finale en rouleau ou en plaques. Les deux produits les plus fabriqués à partir de bouchons collectés sont des granulés pour de l’isolation et des plaques pour les parquets. Les granulés obtenus par récupération reviennent légèrement plus cher à produire à cause des pertes matières amenées par la transformation des bouchons en granulats. Dans tous les cas, les bouchons de liège ne peuvent pas être réutilisés comme bouchons.

De nombreux projets en Europe et aux USA sont en cours afin de mettre en place toutes les structures nécessaires au déploiement de la filière « collecte et recyclage ».
D’ores et déjà, des pays comme l’Allemagne ou la Belgique récoltent environ 10% des bouchons de liège utilisés sur leur territoire respectif. La France se mobilise aujourd’hui pour une organisation had hoc.

Actuellement, l’étape la plus complexe est la collecte car elle se trouve confrontée directement aux caractéristiques intrinsèques du bouchon de liège:
-un produit petit, très léger au volume relativement faible
-un produit présent en grand nombre et dispersé auprès de millions d’utilisateurs
-une valeur financière et écologique peu visible et peu connue
Néanmoins la volonté des industriels conscients à la fois des enjeux économiques du recyclage et des préoccupations environnementales est très forte.
La démultiplication des usages du liège dans des univers au spectre très large et très diversifié font que cette démarche ne va cesser de se développer très fortement dans les années à venir.